Hitler était un démocrate, tout comme Israël

Texte arabe https://www.ahewar.org/debat/show.art.asp?aid=720092

Vidéo arabe https://youtu.be/4UUyGNpvaOs

Vidéo de ce texte français https://youtu.be/K06tGpCVF30

Israël se targue souvent qu’il est un État démocratique, et même le seul État démocratique du Moyen-Orient. Ses fans, ceux qui le soutiennent et les pays occidentaux le répètent à la longueur de la journée, à tout le monde… pour dissimuler ses crimes.

Ils oublient qu’Hitler était un démocrate, et je ne vois aucune différence entre l’Allemagne hitlérienne et l’État juif d’Israël. Il est donc nécessaire de mettre les points sur les “i” pour montrer la perfidie de cette propagande gratuite.

La démocratie signifie le pouvoir de la majorité du peuple. Hitler était un démocrate; personne ne peut le nier; il était soutenu par la majorité des Allemands.

On joint à la démocratie d’autres principes, dont le plus important est le principe d’égalité. La Déclaration universelle des droits de l’homme place le principe d’égalité dans le premier article, qui dit:

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

La démocratie par contre se trouve à l’article 21, qui stipule:

  1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis.

  2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d’égalité, aux fonctions publiques de son pays.

  3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Il n’y a pas de différence entre la démocratie et le nazisme si la démocratie n’est pas précédée et dominée pas le principe d’égalité.

Il est possible qu’un État soit démocratique, mais s’il n’adhère pas au principe d’égalité, il est sans aucun doute un État nazi, le nazisme étant une idéologie qui distingue entre les gens sur la base de la religion ou de la race.

Il y a ceux qui confondent les deux concepts: le concept de démocratie et le concept d’égalité. La Suisse est un pays démocratique … mais le principe d’égalité est plus important que le principe de démocratie. Avant de voter sur une loi, celle-ci est examinée sous l’angle du principe d’égalité. Même si tout le peuple vote pour une loi, le Tribunal fédéral l’annule si elle contrevient au principe d’égalité. La Suisse connaît le droit d’initiative populaire … c’est-à-dire qu’un certain nombre de personnes peut formuler une loi et la soumettre au vote populaire. Cependant, il n’est pas permis de recueillir des signatures, sauf après l’examen de l’initiative à la lumière du principe d’égalité. Et même si la loi est votée et obtient la majorité, il est possible de recourir au Tribunal fédéral pour demander son annulation dans le cas où il viole le principe d’égalité.

Et à cet égard, Israël est un État démocratique, mais n’adhère pas au principe d’égalité … Il est donc un État nazi.

En Israël, il n’y a pas de constitution, car la rédaction d’une constitution implique la mention du principe d’égalité. Les autorités religieuses et politiques d’Israël rejettent un tel principe parce qu’il est contraire aux enseignements du judaïsme, qui ne reconnaît pas l’égalité des êtres humains. À ce jour, aucune loi israélienne ne consacre le principe de l’égalité entre les citoyens. Au contraire, la loi Israël, État-nation du peuple juif, adoptée le 19 juillet 2018 par la Knesset, consacre le principe de l’inégalité. L’article premier de cette loi dit:

  1. La Terre d’Israël est la patrie historique du peuple juif, dans laquelle l’État d’Israël a été créé.

  2. L’État d’Israël est le foyer national du peuple juif, dans lequel il réalise son droit naturel, culturel, religieux et historique à l’autodétermination.

  3. Le droit d’exercer l’autodétermination nationale dans l’État d’Israël est propre au peuple juif.

L’article sept stipule

L’État considère le développement des colonies juives comme une valeur nationale et agira pour encourager et promouvoir leur création et leur renforcement.

Il n’existe toujours pas de loi définissant les frontières d’Israël. Il est clair que ce dernier article ouvre la porte à Israël pour saisir des terres appartenant à des non-juifs dans le but d’y installer des juifs sans prendre en compte les droits des non-juifs. Et le cinquième article dit:

L’État sera ouvert à l’immigration juive et au retour des exilés.

Il n’y a aucune mention des Palestiniens qui ont été expulsés de force par Israël dans ce que les Palestiniens appellent la Naqba (catastrophe), et dont 81% de leurs villages ont été détruits et dont retour est empêché pour le seul crime qu’ils ne sont pas juifs. Voir cette courte vidéo sur la destruction du village d’Emmaüs transformé en Parc Canada et la liste des villages détruits par Israël et dont les habitants ont été expulsés https://youtu.be/9EWsjOLfFG4

Les évêques des Églises chrétiennes en Israël ont demandé l’abolition de cette loi. Dans leur déclaration conjointe ils affirment: “Il est de notre devoir d’attirer l’attention des autorités sur une réalité simple, à savoir que nos croyants chrétiens, ainsi que les musulmans, les druzes et les bahaïs, sont tous arabes, et ils ne sont pas moins citoyens de ce pays que leurs frères et sœurs juifs”. Une déclaration des évêques catholiques, également signée par l’archevêque de Chypre pour les maronites et l’archevêque catholique romain de Jordanie, appelle les autorités israéliennes à abolir cette loi fondamentale et à déclarer et garantir en permanence que l’État d’Israël cherche vraiment à soutenir et à protéger le bien-être et la sécurité de tous ses citoyens ». Cependant, Israël n’a prêté aucune attention à leur demande, ce qui signifie qu’Israël refuse de reconnaître le principe d’égalité.

Après le vote sur cette loi nazie, le député Dov Hanin de la Liste commune a déclaré: “Cette loi pousse vers l’idéologie du Grand Israël. Elle confond la Terre d’Israël avec l’État d’Israël et annule le droit à l’autodétermination pour la Peuple palestinien et nuit donc au peuple d’Israël. Parce qu’il n’y aura pas d’avenir, il n’y aura pas de paix et il n’y aura pas de sécurité pour le peuple d’Israël tant qu’il n’y aura pas d’avenir, de paix et de sécurité pour le peuple palestinien et leur état indépendant. ”

Le membre de la Knesset Ayman Odeh a déclaré: “Il a été dit dans le village de Kafr Qassem que ce qui s’est passé était une affaire illégale et qu’un drapeau noir flottait au-dessus. Un drapeau noir plane également sur cette loi criminelle.” Au cours de ses déclarations, il a sorti un drapeau noir de sa poche et l’a agité sur les papiers du texte de la loi.

Vu ce qui précède, je répète qu’Israël est véritablement un État démocratique, car cette loi nazie a remporté la majorité des membres de la Knesset israélienne, mais c’est une démocratie nazie qui n’est pas différente du nazisme allemand puisqu’Israël ne consacre pas le principe d’égalité.

 

Sami Aldeeb, dr en droit
Directeur du Centre du droit arabe et musulman
https://www.sami-aldeeb.com

Comments are closed.

Powered by WordPress. Designed by WooThemes

%d blogueurs aiment cette page :