Sami Aldeeb: L’idée géniale qui m’a le plus influencé

Parfois une idée simple vous aide à changer toute votre manière de penser. C’est ce dont je vais vous parler ici.

Quand j’étais jeune, je suis tombé sur des textes extrêmement violents de la Bible qui m’ont rendu confus. Parmi ces textes se trouve le texte suivant du premier livre de Samuel, chapitre quinze, qui déclare à ses débuts:
Samuel dit à Saül : « C’est moi que Yahvé a envoyé pour te sacrer roi sur son peuple Israël. Écoute donc les paroles de Yahvé : Ainsi parle Yahvé Sabaot : J’ai résolu de punir ce qu’Amaleq a fait à Israël, en lui coupant la route quand il montait d’Égypte. Maintenant, va, frappe Amaleq, voue-le à l’anathème avec tout ce qu’il possède, sois sans pitié pour lui, tue hommes et femmes, enfants et nourrissons, bœufs et brebis, chameaux et ânes.

Et ce n’est pas le seul texte violent qui se trouve dans la Bible.

Je me suis demandé, est-il possible que la Bible soit révélée de Dieu alors qu’elle comprend des enseignements de cette brutalité? Pouvons-nous considérer Samuel comme un prophète? Si Samuel reviendrait à la vie, il serait jugé pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

En 1978, à l’occasion du 30ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, j’ai participé à une conférence tenue à l’abbaye de Sénanque en France qui réunissait des Juifs, des Chrétiens et des Musulmans de différents pays et était supervisée par un prêtre dominicain nommé Claude Geffré. C’était la première conférence à laquelle j’ai participé. Mon intervention était intitulée “La liberté religieuse dans un pays musulman, cas de l’Égypte”. Parmi les conférenciers se trouvait feu Mohammed Arkoun. Les travaux de cette conférence ont été publiés à Paris sous le titre: La Liberté religieuse dans le judaïsme, le christianisme et l’Islam

J’ai profité de cette conférence pour poser au Père Claude Geffré une question sur mes doutes concernant la Bible: Est-il possible que la Bible soit un livre révélé alors qu’elle contient des enseignements contraires aux droits de l’homme? Je lui ai mentionné le texte du prophète Samuel. Le Père Claude Geffré m’a alors demandé: Quelle est votre définition de la révélation? Je lui ai répondu que c’était la définition que j’avais apprise de l’église, c’est-à-dire la parole de Dieu aux humains comme elle figure dans les Livres sacrés. Le Père Claude Geffré m’a répondu: Je comprends votre confusion, mais votre confusion vient de votre erreur dans la définition de la révélation. Je lui ai donc demandé: quelle est alors votre définition de la révélation? Il a répondu: la révélation n’est pas la parole de Dieu aux humains comme elle figure dans les Livres sacrés, mais les paroles des humains à propos de Dieu telles qu’elles sont enregistrées par les humains dans les livres qu’ils appellent des livres sacrés.

J’ai ressenti un immense réconfort psychologique. C’est devenu clair pour moi. Ce qui est dans les Livres sacrés (que j’appelle des sacrés livres) n’est pas la parole de Dieu … mais les paroles des humains. Puisque les humains peuvent avoir raison comme ils peuvent avoir tort, leurs paroles incluent de bonnes et de mauvaises choses. Et si ces livres sacrés contiennent des enseignements criminels, ils ne peuvent en aucun cas être attribués à Dieu, mais aux humains. Ainsi la Bible a cessé d’être un livre sacré à mes yeux, mais plutôt un livre appartenant au patrimoine culturel de l’humanité, tout comme le Livre des mille et une nuits ou la Comédie Divine de Dante. Ainsi, nous sauvons Dieu du dilemme dans lequel nous l’avons amené lorsque nous avons considéré la Bible comme un livre sacré révélé par Dieu … alors que Dieu n’a rien à voir avec la Bible ni avec les enseignements criminels qu’elle contient.

Le problème pour les musulmans d’aujourd’hui est qu’ils refusent de considérer le Coran comme des paroles humaines, et c’est pourquoi ils ont plongé Dieu dans un dilemme insoluble. Comment attribuer à Dieu l’esclavage, les pillages, les invasions, le meurtre de prisonniers, l’inégalité entre hommes et femmes et l’inégalité entre musulmans et non-musulman, la mise à mort de l’apostat qui quitte l’islam, l’amputation de la main du voleur, la lapidation, la loi du talion (oeil pour oeil), et autres châtiments cruels et inhumains? Les normes coraniques relatives à ces pratiques violent les droits de l’homme et font de Dieu un criminel de première classe … que la Cour pénale internationale condamnerait à la perpétuité … et il n’y aurait pas de différence entre Dieu et les grands criminels que l’humanité a connus comme Hitler et Staline, Néron et autres.

Voilà donc l’idée géniale qui m’a le plus influencé dans ma vie. Oui, la révélation n’est pas la parole de Dieu aux humains, mais la parole des humains à propos de Dieu. Je dirai plus: la révélation n’est pas la parole de Dieu aux humains, mais le mensonge des humains à propos de Dieu. D’où l’expression que je répète sans cesse à mes étudiants: Ne descend du ciel que la pluie, les météorites et les excréments des oiseaux, et quiconque dit le contraire sa place naturelle est la clinique psychiatrique.

Sami Aldeeb, dr en droit
Centre de droit arabe et musulman https://www.sami-aldeeb.com/
Mes livres, dont mes traductions du Coran en français, en anglais et en italien: https://www.sami-aldeeb.com/livres-books/

Comments are closed.

Powered by WordPress. Designed by WooThemes

%d blogueurs aiment cette page :